Les Dircom Aujourd'hui : interview de Kate Philipps, Faurecia

Paris, France, 29 novembre 2017

Dans le cadre de son étude "Les Dircom Aujourd'hui" sur les parcours des Directeurs Communication des grandes entreprises Françaises, Wiztopic donne la parole à Kate Philipps, Communications Executive Vice President chez Faurecia.

1. Selon vous, quel est le parcours idéal pour devenir Directeur de la communication aujourd’hui ? (école, expériences, agences, entreprises...)

Tout d’abord, le parcours universitaire ne dé nit pas selon moi le directeur de la communication de demain. L’école est là pour rendre curieux et apprendre à apprendre. Un bon niveau d‘étude est bien entendu nécessaire pour permettre au futur communicant d’acquérir des bases solides de travail, des capacités d’analyses et de synthèse, de réflexion, de critique et de présentation. Mais il n’est en rien nécessaire de faire des études de communication. Il faut surtout diversifier ses expériences professionnelles, voyager et être curieux.

Concernant le parcours professionnel, l’idéal est là encore de ne pas viser un parcours 100% communication afin de s’éveiller à d’autres cultures, d’autres environnements, d’autres expériences. Une fois que le communicant en devenir a acquis une certaine maturité professionnelle, un MBA ou un Master peut être stratégique dans sa carrière notamment pour s’ouvrir à de nouveaux réseaux, apprendre encore et encore de nouvelles expériences de travail.

Je crois qu’il faut surtout acquérir différentes expériences de métier, d’entreprise et de culture pour mieux comprendre les enjeux du secteur dans lequel évolue l’entreprise.

2. Pouvez-vous témoigner de l’apport de vos expériences et formations à l’étranger ? Sont-elles aujourd’hui un impératif dans un parcours de Dircom ?

Après avoir vécu en Angleterre et en Belgique, je suis venue en France pour faire ma formation à l’INSEAD. Cela m’a permis de m’ouvrir à d’autres réseaux, de nouvelles cultures et de nouvelles méthodes. L’expérience à l’étranger n’est cependant pas un prérequis. Par contre avoir un état d’esprit tourné vers l’international, être ouvert aux autres et parler couramment l’anglais est une nécessité absolue.

3. Quelles ont été, pour vous, les étapes clés de votre parcours ? Votre école (INSEAD, Oxford) ? Votre expérience dans une Direction Communication ?

Je compte 4 étapes clés qui marquent ma vie professionnelle :

1/ Mes premiers postes en Angleterre en qualité de fonctionnaire où j’ai eu la chance de découvrir trois postes en trois ans : mener des négociations internationales, Directrice du cabinet du Ministre de l’Industrie à Londres et enfin à Bruxelles auprès de la Commission Européenne pour représenter le Ministère des A aires Etrangères Anglais.

2/ L’INSEAD : une expérience géniale, internationale où j’ai découvert le monde de l’entreprise privée et de nouvelles façons de travailler.

3/ Mon 1er poste dans la communication chez Case, désormais liale de FIAT. Une expérience très enrichissante car en prise directe avec les dirigeants où il a fallu mener une transformation d’entreprise et plusieurs restructurations. J’y ai acquis de grosses responsabilités et la confiance de mes dirigeants.

4/ Et Essilor : une expérience difficile assez tard dans ma carrière dans une culture d’entreprise très différente qui m’a permis de me remettre en question. J’y ai appris à mes dépens l’importance de la création d’un réseau informel au sein de l’entreprise.

4. Avec la transformation numérique et l’émergence des nouvelles technologies, quels sont les principaux enjeux qui, selon vous, bouleversent votre métier ?

Selon moi, le digital ne change rien dans la mission d’un Directeur de la communication qui reste de développer et protéger la réputation de l’entreprise et surtout de soutenir le développement de son activité. Le digital change surtout la façon d’atteindre les objectifs en ouvrant de nouvelles possibilités. Il amène également de nouvelles compétences dans les équipes, de nouvelles opportunités. À nous de savoir les exploiter.

5. Avez-vous un conseil à donner à un étudiant ayant l’ambition de se lancer dans la communication ?

« Get out of your comfort zone » : il faut savoir et aimer prendre des risques ! Mais aussi avoir une expérience au contact direct du client et ainsi apprendre la notion de service, l’écoute et l’humilité. 

Cliquez ici pour télécharger les résultats de l'étude

 

Je souhaite digitaliser ma communication

Sujet liés